Andrew Sean Greer : Les vies parallèles de Greta Wells (The Impossible Lives of Greta Wells)

Ce que l’éditeur nous dit :
New York, Greenwich Village, 1985. Greta Wells, une photographe, est atteinte de dépression : son frère jumeau Félix est mort du sida, et son petit ami Nathan vient de la quitter. Elle entreprend un traitement par électrochocs.
Le lendemain matin Greta découvre qu’elle a changé d’époque – nous sommes maintenant en 1918. Félix est bien vivant, il est fiancé à la fille d’un sénateur et a une liaison secrète avec son avocat, Alan.
Mais la voilà à nouveau projetée dans le temps – en 1941, cette fois. Greta a épousé Nathan, avec qui elle a fondé une famille. Elle fréquente aussi Léo, un homme plus jeune qu’elle. Ces vertigineux allers-retours sont bien plus que des changements d’époque : ce sont des mondes différents que doit affronter Greta, des vies alternatives parmi lesquelles il lui faudra, si elle en est capable, choisir celle qui lui convient. Dans le dédale du temps, une femme cherche son chemin…

Ce que j’en pense :
Andrew Sean Greer nous offre à la fois un voyage dans le temps et dans des dimensions parallèles : combo ! Il est intéressant de voir son interprétation sur la manière dont les moeurs influencent les personnes. Non, nous ne serions pas exactement les mêmes personnes si nous étions nés à une autre époque. Mais nous ne serions pas complètement différents non plus.
Ce avec quoi j’ai eu plus de mal est l’évolution de Greta au fil du roman, tandis qu’elle s’acharne à refaire les mêmes erreurs encore et encore. Elle finit par apprendre, mais si lentement. Cela la rend peut-être plus humaine, plus réaliste, mais à ce point : elles commet les mêmes impairs, avec les mêmes personnes et sur les mêmes sujets, il y aurait presque de l’auto-flagellation dans l’air. Parallèlement elle s’adapte étonnement bien aux âges qu’elle traverse, les différents niveaux de modernité ou les tenues vestimentaires ne semblant pas l’affecter outre mesure.
Je m’attendais plus à un roman d’apprentissage, tandis que la solution proposée est plutôt celle de de trouver sa place ailleurs (en quelque sorte, je ne vais tout de même pas vous révéler le dénouement). Ainsi je me serait presque plus attachée à certains personnages secondaires qu’à cette héroïne qui ne sais pas prendre de décision, qui reste mélancolique même dans les situations heureuses (pour le coup l’état de dépression est presque trop bien représenté).  Il faut dire que l’auteur n’a pas choisit les périodes les plus joyeuses du XXème siècle pour faire voyager son personnage.
Au final une lecture intéressante, bien qu’un peu lancinante, mais qui laisse un sensation un peu désagréable.

Conclusion :
De bonnes choses, mais loin du roman feel-good auquel je m’attendais.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :

les survivants
les interdits
les rendez-vous hebdomadaires
les clubs

2 Comments

  1. Un livre sur les voyages dans le temps ET les univers parallèles. Sliders et Code Quantum réunis, je vais me laisser tenter à la lecture. Le côté un peu trop mélancolie me tente moins mais bon, je verrais sur le coup.

    • Il est dans mes ebooks si tu veux le piquer. J'espère qu'il te plaira ^^
      C'est rigolo en faisant du tri sur mon compte beta-série ce matin je me suis justement replongée brièvement plongée dans l'univers de cette série (entendre par là regardé la fiche wikipédia et qqs extraits vidéos – et ben ça à mal vieilli niveau images). Deux fois dans la même journée, alors que cela faisait fort longtemps que je n'y avait pas songé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *