Andrew Niccol : Time out (In Time)

Ce que le synopsis nous dit :
Bienvenue dans un monde où le temps a remplacé l’argent. Génétiquement modifiés, les hommes ne vieillissent plus après 25 ans. Mais à partir de cet âge, il faut « gagner » du temps pour rester en vie. Alors que les riches, jeunes et beaux pour l’éternité, accumulent le temps par dizaines d’années, les autres mendient, volent et empruntent les quelques heures qui leur permettront d’échapper à la mort. Un homme, accusé à tort de meurtre, prend la fuite avec une otage qui deviendra son alliée. Plus que jamais, chaque minute compte.

Ce que j’en pense :
Tout d’abord, court focus sur la traduction du titre. Pourquoi ? Était ce vraiment nécessaire ? Comprends pas.
Mais revenons au sujet qui nous intéresse, le contenu. Décidément Andrew Niccol ne tarit pas d’imagination pour réinventer/critiquer la société, et tout cela donne envie de se jeter sur les films de sa réalisation que l’on a la chance de ne pas encore avoir regardé.
Avec Time out, il part d’une idée toute bête, mais efficace, en réinventant “le prix de la vie”. Ce n’est certes pas son chef d’oeuvre, mais il mérite tout de même d’être vue. Tout d’abord pour son concept bien sûr. Ensuite pour son casting très plaisant, dont un Justin Timberlake, qui loin de ses début de boy’s band, a aujourd’hui largement gagné le qualificatif de comédien. Enfin parce que ce qu’il s’agit d’un film distrayant et avec lequel on ne s’ennuie pas.
Le seul bémol vient, paradoxalement, du concept, qui manque cruellement de développement. L’idée est à peine lancée, qu’elle est aussi vite noyée dans l’action. Bien sûr s’avancer sur un tel terrain aurait vite pour tourner au carnage, les embûches de la complexité attendant sagement au tournant. Mais si Christopher Nolan a bien été capable de retomber sur ces pattes avec un Inception, il n’y a pas de raison qu’Andrew Niccol ne fasse pas aussi bien. Une prochaine fois peut être.

Conclusion :
Un réalisateur à suivre.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– le raté de justesse
– l’inflation
– les talons aiguilles
– les péages

2 Comments

  1. Invictus ? C'est Clint Eastwood ça… et c'était plutôt facile de retomber sur ses pattes.
    Il ne s'agirait pas de Inception par hasard ? 🙂

  2. Très bonne remarque. Je les confonds malheureusement tout le temps (les titres seulement, pas le contenu)… C'est corrigé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *