Amélie Nothomb : Péplum

Ce que l’éditeur nous dit :
Est-il possible que l’ensevelissement de Pompéi ait été un hasard, alors qu’il a été  » le plus beau cadeau qui ait été offert aux archéologues  » ? Selon la romancière, il s’agit d’un coup monté par les archéologues du futur. Cette supposition lui vaut justement d’être enlevée de sa chambre d’hôpital où elle vient de subir une opération. Lorsqu’elle se réveille, elle est en l’an… 2580. Elle consigne soigneusement son dialogue houleux avec le savant Celsius.
Entre cet homme fâché d’avoir été deviné et cette jeune femme énergique et furieuse contre ses ravisseurs s’instaure une vive et stimulante discussion sur le réel, le virtuel, le voyage dans le temps, la grande guerre du 26e siècle. Les devisants abordent aussi des questions de morale, de philosophie et d’art.

Ce que j’en pense :
Si le style court et incisif d’Amélie Nothomb m’a toujours plu, il en va différemment pour l’abus de dialogue. Malheureusement pour moi, si Péplum porte le qualificatif de « roman », il aurait aussi bien pu se classer parmi les « pièce de théâtre ». Quelques didascalies ponctuent l’échange interminable entre les deux protagonistes.
L’auteur a sûrement pris du plaisir à l’écriture. Thèse et antithèse. Elaborer des arguments allant à l’encontre de son propre raisonnement doit être un exercice intéressant. Mais cela ne signifie pas que cela puisses intéresser autrui.
Bien sûr dans ce flot de mots sont cachés quelques idées plaisantes, quelques phrases qui font sourire. Mais dans l’ensemble, Amélie Nothomb nous perd. Elle va d’une théorie à l’autre, sans réel fil conducteur, sans but précis. L’impression est celle d’assister à une conversation entre deux personnes de longue connaissance, qui auraient leur propre humour, leurs propres références incompréhensibles du commun des mortels : long et agaçant.

Conclusion :
A lire pour « compléter sa collection d’Amélie Nothomb » ou passer le temps. Sans grand intérêt au demeurant.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– Pompéi
– L’archéologie
– Le futur
– Les écrivains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *