Alexander Payne : The Descendants

Ce que le synopsis nous dit :
A Hawaii, la vie d’une famille bascule. Parce que sa femme vient d’être hospitalisée suite à un accident de bateau, Matt King tente maladroitement de se rapprocher de ses deux filles, Scottie, une gamine de dix ans vive et précoce, et Alexandra, une adolescente rebelle de dix-sept ans. Il se demande aussi s’il doit vendre les terres familiales, les dernières plages tropicales vierges des îles, héritées de ses ancêtres hawaiiens. Quand Alexandra lui révèle que sa mère avait une liaison, le monde de Matt vacille. Avec ses deux filles, il part à la recherche de l’amant de sa femme. Durant une semaine essentielle, au fil de rencontres tour à tour drôles, perturbantes et révélatrices, il va finalement prendre conscience que sa principale préoccupation est de reconstruire sa vie et sa famille…

Ce que j’en pense :
On se sent bien, lorsque l’on sort de la séance de The descendants. Pas euphorique, loin de là, mais apaisé. Le film est très juste, abordant des sujets lourds (les déchirements familiaux, l’affrontement avec la mort, etc.) tout en plaçant savamment des notes d’humour ici et là, créant immédiatement l’empathie du spectateur. Pas de gentils contre des méchants, mais juste des gens comme les autres, avec leurs défauts et leurs qualités, qui essaient de vivre au mieux leur vie. Oui, décidément très attachants.
Ce sentiment vient aussi notamment de la merveilleuse interprétation de George Clooney, pourtant loin de ses rôles en costume sur mesure habituels, et de la pourtant très jeune Shailene Woodley.

Et puis, vision pas si paradisiaque mais tout de même d’une beauté à couper le souffle de cette nature Hawaïenne est pour le moins originale.

Conclusion :
Un très beau film, à la fois simple et très puissant.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– les tongues
– l’avion
– les crèmes glacées
– l’espionnage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *