A.J. Jacobs : L’année où j’ai vécu selon la Bible (The year of living biblically)

Ce que l’éditeur nous dit :
Ne vous y trompez pas : A. J. Jacobs n’est pas un religieux. C’est un juif new-yorkais tout ce qu’il y a de plus laïque qui, au départ de cette aventure, ne sait pas grand-chose de la Bible. Mais frappé par la résurgence de la foi et le nombre croissant d’Américains déclarant prendre les Ecritures au pied de la lettre, il s’est mis à douter. Serait-il possible qu’il passe à côté d’une expérience humaine essentielle ? Pour en avoir le coeur net, il va lire la Bible et tenter de la suivre aussi littéralement que possible. Observer les dix commandements. Aimer son prochain. Mais aussi ne pas se raser les coins de la barbe, jouer de la harpe à dix cordes, lapider les adultères, dire la vérité en toute circonstance… au grand dam de ses proches. Empreint de respect autant que d’irrévérence, le voyage spirituel qui découle de cette expérience et des rencontres qui la jalonnent est à la fois drôle et profond, personnel et universel. Que vous soyez croyant, agnostique ou athée, il pourrait bien changer votre regard sur le livre le plus influent de l’Histoire.

Ce que j’en pense :
Complètement euphorisée par ma lecture précédente, j’ai décidé de remettre le couvert avec un nouveau sujet de société : la religion. Tout aussi intéressant, même si l’auteur souffre un peu de la comparaison avec Coline Beavan. Car je pense personnellement qu’A.J. Jacobs est, disons psychologiquement moins stable que son confrère (que ce soit dans sa relation avec son fils, sa femme, ou bien les microbes par exemple). Par contre, le gros point fort réside dans les nombreuses rencontres qu’il va faire au cours de cette année, toutes plus épatantes les unes que les autres.
J’imagine que l’on peut aborder cette lecture de bien des manières. Pour ma part, deux grandes réflexions en ressortent :
Tout d’abord, que la bible (et donc par extension la Religion) est à la fois faillible et universelle. On peut y trouver tout et son contraire, du « meilleur » au plus farfelu. Entre les décodages au premier degré et les mille et une interprétation que l’on peut en faire, tout est possible, tout a déjà été écrit. Je pourrais par exemple décréter que les extra-terrestres existent en m’appuyant sur la bible, car je suis sûre que je trouverai forcément quelque part un passage qui étaye cette théorie.  Il n’existe donc personne sur cette Terre, pas même le plus dévoué des  pratiquants, qui puisse affirmer sans mentir qu’il suit « toutes les règles ». Pas possible. Cela confirme donc ma propre théorie que la religion est à disposition de chacun pour en faire sa propre mixture (c’est ainsi que l’on peut avoir été baptisé et ne pas manger de porc et que le monde continue de tourner pour autant :D).
La seconde est précisément de réaliser (ou se remémorer) le mode de pensée si unique de chacun. Je fais ici référence aux innombrables courants religieux qui existent. Parmi ceux cités dans ce livre, ce sont les créationnistes qui gagnent haut la main la manière la plus éloignée de penser de la mienne. Le fait que cette église, avec autant de moyens et d’adhérents, existe,  est déjà  absolument fascinant. J’imagine que la plupart d’entre nous fréquente d’autres personnes « qui leur ressemblent », et encore sans être toujours d’accord sur tout. Ici, A. J. Jacobs nous fait rencontrer plein « d’autres » groupes, avec chacun sa propre logique, voire en contradiction pure et dure les uns avec les autres, alors qu’à la base ils ont lu le même livre. Je trouve que cela donne à réfléchir sur l’ouverture d’esprit que l’on devrait essayer d’avoir pour être « plus en accord et en acceptation avec le monde » (amen).

Conclusion :
A lire, pour la culture générale autant que pour la réflexion.
Retrouvez L’année où j’ai vécu selon la Bible sur Amazon

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
les œufs
les magiciens
les petits cailloux
les dinosaures

 

1 Comment

  1. Pingback: A.J. Jacobs : the know-it-all

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *